Partagez|

Sur la trace de Wayne Cree [Éléonor]

MessageMer 7 Mar - 16:16

Éléonor
Miller

[Samedi 24 février ; Wimbledon]

Éléonor après avoir quitter Kiera la veille au soir c'était dépêcher de rentrer à son bureau pour continuer ses recherches depuis son pc portable, c'était quand même plus pratique. Elle avait déjà trouvé l'adresse de la librairie dans situé dans Soho pas trop loin de de son propre quartier en somme. Par contre contrairement à elle, Wayne Cree ne résidait pas à la même adresse que sa boutique. Non il fallait qu'il habite dans l'Outer London, dans cette enfer de pavillons banlieusards bourgeois et surtout c'était loin et moins facile de planquer. Pas le choix elle allait devoir sortir sa mini (pas la nouvelle non une vrais) du garage si elle voulait pouvoir observer tranquillement avec son appareil photo avant de tenter l'approche directe.

La brune décida de dormir quelques heures histoire dans son lit, elle sortit juste d'une « enquête » un peut de sommeil avant de ce lancer lui ferait du bien. Elle avait préparer son sac à dos à l'avance. A l'intérieur son matériel digne d'un paparazzi débutant, des barres protéiné en réserve, sa flasque remplit de wisky, des vêtement de rechanges, une bouteille vide, du déo, son tazer de contact, son pistolet tazer, ses deux points américains. Il restait de la place pour son thermos qu'elle remplirait de café instantané avant de partir, il y avait aussi un carnet de note et des batteries de rechange pour son smartphone et pour son numérique.

Elle quitta  Clerkenwell dans l'Islington vers les 3 heures du matins au volant de sa mini et traversa Londres pour rejoindre Wimbledon dans Merton. Elle plaça son véhicule de façon à avoir une ligne de vue dégagé sur l'adresse de Waylon Cree sans non plus être trop proche. Son plan était simple vérifié qu'il n'y avait aucune activité suspecte dans la dernière partie de la nuit, et prendre en filature la cible à pied s'il le fallait afin de l'observer pour déterminer à quel genre de gus elle avait affaire avant d'aller lui parler. Il était plus facile de parler au gens quand ils étaient dans un milieu familier et sécurisant donc se sera sans doute dans sa librairie ou peut être dans un coffee ou salon de thé s'il avait l’habitude d'y aller avant le travail.  

MessageJeu 8 Mar - 20:54

Finnbheara

La différence d'ambiance entre l'Inner et l'Outer London était à cette heure, flagrante. Tandis que le centre du Grand Londres vibrait toujours de cette énergie propre à la fête et à la beuverie étudiantes, une fois la Tamise franchit, le calme régnait sur les faubourgs endormis. La circulation quasiment inexistante au beau milieu de la nuit, permit au détective privé de circuler avec une rapidité à faire pâlir d'envie, les usagers de la route l'empruntant en pleine journée. Il y avait cependant, toujours un revers de médaille, puisque l'univers avait cette tendance à vouloir conserver une certaine harmonie en toute chose.

Cette fois, le Yang se manifestait par le manque de places disponibles pour y garer son véhicule.

Éléonor, en désirant occuper une place éloignée du pavillon tout en ayant néanmoins une perspective visuelle sur ce dernier, dû se résoudre à parquer sa voiture devant le portail d'un autre demeure. Elle ne risquerait pas de gêner ses occupants avant de bien nombreuses heures et la jeune femme avait donc tout le loisir, d’observer sa cible en toute tranquillité. Cette dernière justement, ne semblait pas autant assoupie que ses consœurs. A l'étage, une pièce était éclairée et la fenêtre légèrement entrouverte.

Une quinzaine de minutes s'écoulèrent ainsi, avec autant d'action que pouvait en contenir un épisode de Derrick. Puis, soudainement la lumière s'éteignit. Quelques secondes à peine, avant que la porte du pavillon ne s'ouvre, permettant à une silhouette indéniablement masculine de franchir le seuil de la demeure. Celle-ci, emmitouflée dans une chaude veste hivernale, un bonnet de laine planté sur la tête et le visage recouvert d'une écharpe faite d'une matière similaire, s'éloigna tranquillement en sifflotant. Empruntant la direction opposée de celle où patientait Éléonor.

MessageMar 13 Mar - 21:49

Éléonor
Miller

La mini avait réalisé le trajet sans encombre et avec la fluidité du trafic nocturne, Éléonor arriva à destination plus vite qu'elle ne l'avait anticipée. Tout ça, pour perdre son temps à galérer à trouver où garer son véhicule, qui pourtant ne prenait pas tant de place que ça. Elle ne dénicha qu'un emplacement selon les critères requis, seul inconvénient il s'agissait de l'entrée de l'un des pavillons.

La demeure correspondant à l'adresse de sa cible était la seule aux alentours d’où émanait de la lumière. La détective y pointa l'objectif de son appareil photographique, la pièce éclairée se situait à l'étage et avec l'aide du zoom optique, elle constata que la fenêtre était entrouverte. Mais à part ce détail, elle ne voyait personne pour le moment. Éléonor se faisait déjà à l'idée de s'ennuyer ferme durant le reste de la nuit, au bout de dix minutes déjà l'envie de se griller une cigarette la tarabustait. Cependant ce n'était pas une bonne idée, dans l'obscurité le foyer d'une clope se repérait de loin aussi se contenta-t-elle de dégainer une sucette de sa réserve.

Soudain la lumière disparut et presque dans la foulée, la porte de la demeure s'ouvrit, la jeune femme pointa l'objectif de son appareil et prit quelques clichés rapides. Bien emmitouflée, la personne qui venait de sortir ne pouvait être identifiée clairement.

- Et merde.

Bon, il y avait quand même pas mal de chance que ce soit Wayne Cree. Éléonor fourra tout ce qu'elle avait sorti dans son sac à dos et attendit que la silhouette prenne un peu d'avance, juste de quoi lui permettre de pouvoir sortir de la mini discrètement, puis de commencer la filature dans le froid hivernal de l'Outer London. Elle n'oublia pas de glisser son taser dans l'une des poches de sa veste et ses poings américains, dans les poches de son jean.

MessageJeu 15 Mar - 17:24

Finnbheara

La silhouette masculine se déplaçait d'un pas rapide et déjà, tournait à gauche dans une petite rue très étroite. Le temps nécessaire à la détective privée pour rejoindre la ruelle et s'y engager à son tour, avait suffi à sa cible pour en atteindre son extrémité. À une seconde près, Éléonor n'aurait pu apercevoir ce bout de manteau écarlate s'évaporer sur la droite et qui lui indiquait la direction à suivre.      

La ruelle débouchait sur l'une des avenues principales de Wimbledon, bordées d'arbres aux troncs bien larges et qui permettraient à la jeune femme de dissimuler sa présence à tout instant. Car après tout, il existait une éventualité même infime que l'homme suivit, se décide subitement à observer ce qui se tramait dans son dos. En tout cas, s'il avait conscience que quelqu'un lui emboîtait le pas depuis son domicile, il n'en laissait rien transparaître.

Celui-ci poursuivait son chemin sans s’inquiéter un seul instant des ombres dans l'obscurité, brisant la quiétude de cette dernière par ses sifflements enjoués. Ils descendirent ainsi l'avenue pendant une quinzaine de minutes. Le chemin ponctué par quelques haltes ici et là pour observer, principalement les vitrines colorées de célèbres enseignes de magasins de vêtements masculins ou celles de boutiques de chaussures.

Rien de très exaltant en sommes ...

Suivant à quelques mètres derrière, Éléonor aperçut sa cible, franchir la chaussée avant de disparaître à l'intérieur d'une autre ruelle étroite. Le temps qu'elle y parvienne à son tour, ce ne fut que pour découvrir une longue impasse ... vide de la moindre présence. Sur sa droite, il y avait une dizaine de portes permettant d’accéder à des immeubles de dimensions moyennes. Sur sa gauche, l'unique détail qui différenciait ce côté de l'autre, était une grande arche de pierre ouvrant sur une petite cour intérieure.

MessageVen 16 Mar - 1:17

Éléonor
Miller

Pour ce qu'elle pouvait observer pour le moment l'objet de sa filature ne semblait pas l'avoir remarqué et il donnait l'impression de se balader avec une certaine quiétude. De la première ruelle où elle avait bien failli le perdre de vue, il l'avait amené à une artère principale de Wimbledon. Là sa cible avait même pris le temps de muser devant quelques vitrines de magasins de vêtements masculins et aussi de chaussures. Miss Miller en profita pour prendre quelques clichés, bien évidemment sans le flash de son appareil, ce dernier spécialement prévu et configuré pour des prises nocturnes.

Dans son domaine la majorité des demandes de ses clients concernant des preuves d'adultères, ramener une série de clichés de celui ou celle qui trompe son conjoint reste la meilleure preuve. C'est pourquoi la détective avait pris l'habitude d'utiliser son appareil photographique dans toutes ses affaires.

Un quart d'heure plus tard environ il traversa la route et s'engouffra à nouveau dans une ruelle. Quand Éléonor arriva au niveau de cette dernière, elle ne put que remarquer que cette dernière semblait vide.

La ruelle se révélait être une longue impasse flanquée de chaque côté d'une dizaine de portes donnant accès à des immeubles. La seule particularité notable visible de la zone prenait la forme d'une arche donnant accès à une cour intérieure. La détective privée décida de se placer à l’entrée de l'impasse, si l'homme était entré dans un des immeubles elle devrait apercevoir de la lumière sous peut, aussi elle patienta 3 minutes. Si elle n'apercevait pas de lumière s'allumer dans l'un des immeubles dans ce délai, elle se rapprocherait de la cour intérieure pour s'y risquer à y jeter un œil furtivement.  

MessageVen 16 Mar - 17:54

Finnbheara

Le court laps de temps pour laquelle Éléonor s'était décidée à patienter, venait de s'écouler, sans que la moindre lumière ne soit perceptible depuis les fenêtres des appartements offrant une vue sur rue. Était-ce néanmoins une méthode judicieuse, pour écarter les immeubles endormies, en sachant que certains des logements pouvaient sans doute donner sur l'arrière des bâtiments ? Une équation dont les nombreuses variables posaient un véritable problème à la détective privée.

Quittant son poste d'observation se situant à l'entrée de l'impasse, Éléonor s’engagea à l’intérieur afin d'aller à la rencontre de la petite cour, dont l’accès n'était possible que par la ruelle. Celle-ci, pavés de grosses pierres inégales, des brins d'herbe jaillissant ici et là entre ces dernières, était d'une taille assez modeste. Elle permettait cependant, d'y garer un utilitaire rouge et d'évoluer autour du véhicule sans devoir le frôler. L'unique lumière éclairant la cour, filtrait à travers deux soupiraux situés au fond de cette dernière.

Et de la même direction, provenait des sifflotements identiques à ceux ayant accompagné Éléonor tout au long de sa filature ...

MessageVen 16 Mar - 21:56

Éléonor
Miller

Éléonor laissa donc passer 3 minutes qui semblèrent prendre tout leur temps pour ce faire. Aucun changement n'étant apparu sur les façades des immeubles, côté de l'impasse du moins, elle se déplaça comme elle l'avait planifié vers l'arcade en pierre. L'entrée donnait bien sur une petite cour intérieur, assortie à l'arche car pavé de pierres de différentes tailles, et d'où s’échappait par endroits de l'herbe. Enfin c'est ce qu'elle devinait car la majorité de l'espace était occupé par un véhicule utilitaire de couleur rouge. Il restait cependant suffisamment de place pour circuler autour du véhicule et ouvrir les portes suffisamment pour y entrer. Le fond de la petite cour était éclairé par une lumière rasant le sol, probablement des soupiraux songea la détective. Mais avant de contourner l'utilitaire elle s'arrêta en reconnaissant les sifflotements de sa cible. Elle avait donc fait bonne pioche, avant d'aller plus loin, elle repartit sur ses pas afin de prendre en photo l'entrée de la cour avec son arche ainsi que le véhicule et sa plaque d’immatriculation.

La détective satisfaite de ses clichés, s’engouffra à nouveau dans la cour intérieure et toujours furtivement et sur le qui vive contourna le véhicule. Derrière l'utilitaire elle repéra une porte, prenant soin de ne pas trop s'approcher et utilisant l'engin motorisé comme couvert, histoire de ne pas se faire repérer immédiatement, elle pointa son objectif vers cette dernière puis déclencha son appareil. Ensuite Éléonor braqua le zoom vers les soupiraux tentant d'apercevoir quelque chose.

MessageMar 20 Mar - 1:36

Finnbheara

Observer l’intérieur du bâtiment à l'aide du zoom de l'appareil photo était en soi, une excellente idée. Malheureusement pour Éléonor, les soupiraux avaient été bâti d'une certaine manière, empêchant de ce fait, la visibilité à distance. Il lui fallait donc s'approcher de ces derniers à découvert, pour parvenir à y jeter un coup d’œil et découvrir ce qui se manigançait au niveau du sous-sol.

Et justement, quelle découverte !

Depuis sa nouvelle position, Éléonor pouvait apercevoir une vaste pièce propre, bien éclairée et remplit de machines, qui sans être neuves étaient néanmoins en assez bon état. Son regard s'accrocha directement sur la silhouette masculine vêtue d'un simple t-shirt blanc et d'un pantalon noir se tenait de dos, incliné légèrement en direction d'un plan de travail en inox. Un calot en tissu déposé sur sa chevelure rousse coupée en brosse. Les sifflotements s’élevant de l'emplacement qu'il occupait, prouvait qu'il s'agissait bel et bien de la cible qu'avait suivi la détective privée depuis le début de sa filature.

Il y avait cependant un hic !

Il ne s'agissait pas de Wayne Cree, propriétaire de la librairie "Pandora's Box". Et non ! Éléonor avait négligé un détail important et pas des moindres. L'homme, qu'elle désirait interroger pour les besoins de son enquête, était homosexuel. La personne se tenant dans le laboratoire de la boulangerie en ce moment même, n'était autre que le compagnon actuel du jeune libraire.

MessageJeu 22 Mar - 18:05

Éléonor
Miller

Éléonor faillit pousser un juron bien senti quand elle comprit que depuis qu'elle sortit de sa mini dans le froid, elle n'avait pas suivi la bonne personne. Soit un coloc, soit le conjoint de Wayne Cree. Bon ce n'était pas la peine qu'elle s'éternise là, elle devait rejoindre sa « planque » au plus vite en espérant que le bibliothécaire ne soit pas parti de chez lui entre temps. Elle rebroussa donc chemin, discrètement en premier pour s'éloigner des soupiraux et la petite cour, puis elle accéléra le froid aidant à la motivée.

Quand elle aperçut enfin sa mini au loin elle fut rassurée de la trouver toujours là où elle avait réussi à la placer. Une fois à l'intérieur de son véhicule, elle commença par boire une lampée de sa flasque histoire de se donner l'illusion de se réchauffer, puis elle enchaîna par une tasse de son café que son thermos avait protégé du froid. Son plaid fut aussi le bienvenu, et elle put enfin reprendre sa surveillance. Vers 7h30 une véritable place pour garer sa voiture se libéra et à coté de la demeure de sa cible. Enfin un peu avant 8h00 Wayne Cree quitta son domicile à pied, la détective privée le fila donc, malheureusement durant tout son trajet jusqu'à son lieu de travail il ne s'arrêta même pas boire un café ou prendre quelques viennoiseries.  

Contenu sponsorisé
Message

Sur la trace de Wayne Cree [Éléonor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uchronie :: Si votre avenir était le passé ! :: Vingt-et-unième siècle - Londre :: Outer London-