Partagez|

Que la chasse à la disparue commence [Éléonor]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
MessageMar 27 Fév - 14:36

Kiera
Thornton

[Vendredi 23 février 2018 ; Full Moon, bar étudiant de Londres (et plus si affinités)]

La durée de vie d'un fait divers dépendait beaucoup de son degré de drame et d'horreur, ou même des protagonistes du-dit fait divers. On oubliait plus vite et plus facilement la mort d'un dealer ou d'un SDF que celle d'une petite famille propre sur elle, dont le voisinage encensait la gentillesse et le savoir-vivre sans faille. Ce que Kiera détestait ça. À croire que l'on était tous beau et gentil dès lors que l'on était mort et enterré. Le noir et le gris n'existait plus quand nos corps retournent à la terre. Mais Kiera avait beau abhorrer ça, ces histoires étaient le terreau qui permettait aux journalistes d'avoir du boulot. Elle laissait les interviews de la famille des morts à ses collègues, elle préférait s'attaquer au fond du problème.

Après les révélations de son mentor en début de semaine et sans nouvelle de la Police dans l'affaire, Kiera s'était décidée à faire jouer ses propres contacts pour tenter de retrouver la fille au pair qui avait disparue. Dans ce genre de situation, plus le délai entre la disparition et la réapparition était long, plus les chances de retrouver un cadavre étaient fortes. Mais même un cadavre suffirait à Kiera et ce même si notre journaliste préférait retrouver Juliette vivante. On faisait de biens meilleurs articles avec les vivants qu'avec les morts et elle conservait encore un peu d'humanité, quoi que bien cachée.

Il avait fallu attendre vendredi pour que Kiera ait assez de temps devant elle pour organiser une rencontre avec ses propres contacts. Son boulot à elle, c'était de transmettre la parole des uns et des autres dans les médias, pas de retrouver des disparus. Pour cela, il fallait faire appel à des pros. Elle avait eu déjà eu l'occasion de travailler avec des détectives et ça avait facilité certaines de ses enquêtes en même temps qu'elle avait beaucoup appris sur l'art et la manière de filer ses "proies" qui, bien souvent, n'étaient pas très heureuses d'avoir une journaliste sur leurs talons.

Kiera avait donné rendez-vous à l'une d'elle dans un bar de Londres, connu et reconnu par sa communauté étudiante qui investissait les lieux. L'ambiance et le bruit leur permettraient de discuter sans être dérangées. Avec ses verres dans les mains, Kiera prit conscience qu'elle connaissait beaucoup trop de monde adepte de la bouteille. Y avait-il quelque chose, en elle, qui les attirait ? Enfin, si cela lui permettait de la convaincre de l'aider, Kiera était disposée à gaspiller un peu de ses salaires pour arriver à ses fins.

Toujours avec ses verres, elle s'installa à une table heureusement encore libre, en face de la porte. De ce point de vue, elle pourrait guetter l'arrivée de sa comparse.

MessageVen 2 Mar - 23:40

Éléonor
Miller

Elle avait reçu un message dans la journée, de cette jeune femme journaliste pour qui elle avait déjà travaillé de temps en temps. Pour une fois qu'une possible offre de boulot pointait le bout de son nez quand elle en terminait une... Et avec Miss Thornthon, cela la sortirait des enquêtes sur les femmes ou les maris volages. Le dernier cas était pourtant un peu original, le mari trompait sa femme non pas avec la mère de son épouse mais avec la grand-mère de l'épouse ... chacun ses goûts, et puis si tout le monde était consentante. Il était majeur et vacciné non ?!

L'enveloppe du dernier paiement récupérée et glissée dans la poche intérieure de sa veste en cuir, Éléonore avait rendu visite en premier à l'épicier de sa rue histoire de régler sa note et de refaire le plein en cigarettes bières et whisky. Enfin, elle avait pris le métro pour se rapprocher du pub ou la journaliste lui avait donné rendez-vous, un lieu connu par la faune estudiantine.

Après s'être frayé un passage jusqu’au comptoir, elle eut le temps de se faire offrir un verre puis, d'éconduire promptement celui qui le lui avait offert, avant de repérer la journaliste qui venait de s'installer à la dernière table de libre. La brune abandonna donc son tabouret du bar, rejoignit Kiera un verre de vodka à la main et la salua.

- Hello Miss Thornthon !

Éléonor sans plus de fioriture, avala son shot de vodka d'un trait puis prit place en face de la jeune femme.

- Ah ! Y a pas à dire, vous les Anglais et votre tradition du pub après le boulot, j'adore ça.

MessageLun 5 Mar - 12:25

Kiera
Thornton

Elle n'eut pas à attendre longtemps l'objet de son rendez-vous. Kiera offrit un sourire à la détective tandis qu'elle s'installait, avec déjà un verre dans les mains. Autant pour elle. Il n'empêchait que Kiera avait eu l'occasion, par le passé, de connaitre les habitudes liquides de sa vis à vis. Nul doute qu'elle n'allait pas gaspiller un verre, surtout s'il était offert.

- Bonjour, répondit-elle en retour, s'esclaffant à la seconde réplique d'Éléonor. Je suis ravie de voir que tu te fais à notre façon de vivre. Tiens.

Elle poussa le verre plein vers sa comparse et prit le sac qui ne la quittait presque jamais et duquel Kiera sortit un dossier. Il n'était guère épais, mais contenait tout de même tout ce que Kiera avait pu glaner comme information sur la raison de ses recherches. On pouvait être contre le principe des réseaux sociaux (Kiera elle-même n'était inscrite sur aucun, se contentant de son blog, outil professionnel comme un autre), mais ils étaient une manne d'informations de première main quand on n'avait pas peur de passer beaucoup de temps à en extraire la moelle. Ou si l'on était un tueur en série. La jeunesse ne prenait vraiment pas assez au sérieux les risques inhérents à la divulgation d'informations sur soi-même, même celles d'apparence anodine.

- J'entre dans le vif du sujet tout de suite, ce n'est pas une affaire banale et dans ce genre de cas, la rapidité détermine souvent une issue bonne ou mauvaise. Je ne sais pas quel rapport tu entretiens avec les médias, mais tu as entendu parler de l'affaire du triple homicide à Wimbledon ?

Difficile de passer à côté, mais certaines personnes avaient la télévision, les journaux ou internet en horreur.

- Toute la famille décimée, sauf la fille au pair, Juliette Lechevallier, qui a réussi à s'enfuir, expliqua-t-elle en sortant une photo de la jeune fille. Des traces de son sang ont été retrouvées à la maison de sa famille d'accueil, la police considère donc qu'elle était présente sur les lieux au moment des homicides.

Kiera sirota son propre verre, autant pour se donner une certaine contenance que pour faire une pause et ne pas abreuver Éléonor de trop d'informations d'un coup.

- Pour le moment, difficile de dire si on doit la considérer comme une fugitive responsable de trois meurtres ou comme la seule témoin de ces mêmes trois meurtres.

MessageLun 5 Mar - 18:44

Éléonor
Miller

La pinte fut acceptée sans l'ombre d'une hésitation par un large sourire, Éléonor était déjà prête à trinquer avec Kiera mais visiblement ce dernier souhait parler boulot sans perdre de temps. L'américaine n'allait pas s'offusquer pour ce genre de détail et choqua légèrement son verre contre celui de la journaliste, comme ça la tradition était respectée. Elle ne l'avait pas fait avec son shot de vodka mais là il s'agissait de bière quelque chose de bien plus « sacré » qu'une vodka première prix à moitié tiède.

- Cheers !

La brune allait prendre sa première gorgée de bière quand Miss Thornton évoqua l'affaire de Wimbledon, ce qui pour le coup stoppa net son levage de coude, chose assez rare. Éléonor reposa son verre sans y avoir touché et laissa la jeune femme continuer. Cela n'avait rien mais alors rien à voir du tout avec les précédentes fois où elles avaient travaillé ensemble. Cette affaire c'était un sac à emmerde oui, entre les flics et les fouilles merdes qui bossent pour les tabloïds... La détective privée détacha son regard de la photo de Juliette Lechevalier, fixa Kiera dans les yeux avant de prendre une grande inspiration puis une expiration pour se ressaisir de sa pinte et la vider complètement d'un trait.

- Putain mais tu es sérieuse là, tous les flics de Londres sont là-dessus, sans compter la couverture médiatique, cette affaire elle pue à des kilomètres...tu as de quoi me payer ? Parce que là si j’accepte va me falloir des fonds, va-y avoir des dépenses, des pattes à graisser et des indics à récompenser. Et merde les flics ne supportent pas d'avoir des gens comme moi qui traînent leurs bottes sur leurs enquêtes.

Éléonor lance un regard noir à la jeune journaliste, la déleste de manière abrupte de son verre pour le vider lui aussi en terminant pour un rot sonore. Rien délégant mais c'était bien une chose dont la brune n'en avait rien à carrer.

- T'as un indice ou une début de piste ? des mois où je me tape des époux jaloux et cocus je n'en peux plus. En plus si j'peux ridiculiser Scotland Yard  au passage.
 

MessageMar 6 Mar - 9:13

Kiera
Thornton

Kiera trinqua et laissa Éléonor accuser le coup à la suite de son pitch. Certes, ce n'était pas habituel de sa part, mais elle pouvait tout de même se féliciter d'avoir réussi à détourner la détective de son verre, ce qui n'était pas une mince affaire.

- Les homicides ne font pas vraiment partis de mon champ d'action habituel, mais mon mentor est venu me trouver pour me lancer sur cette affaire, je ne pouvais pas refuser.

Si elle s'inquiétait pour sa sécurité et celle d'Éléonor, Kiera ne le montrait pas. Bien sûr, elle s'était posée la question. Dans les faits, elle ne pouvait pas jurer qu'il ne leur arriverait rien au cours de cette enquête, mais elle estimait également qu'elles étaient assez adultes pour connaitre leurs limites. Pour sa part, Kiera était toute prête à laisser tomber si elle sentait le moindre risque. Aucune enquête ne méritait que l'on se sacrifie inutilement pour elle.

- C'est une enquête free-lance, je n'ai donc que mes propres deniers, mais garde une trace de tous tes "paiements" et je m'arrangerai ensuite avec le rédacteur en chef qui publiera mes articles. Pour la MET, je m'en occupe. J'ai encore quelques contacts et je vais... tenter de savoir où ils en sont pour ne pas marcher sur leur pré carré.

La journaliste avait eu une infime hésitation en parlant de la MET. Elle avait un passif chargé avec elle, ou du moins une partie d'elle, et Kiera n'était pas certaine que son idée d'aller frapper à leur porte lui apporte que de bonnes choses. Elle considérait cette étape comme essentielle pour ne pas perdre de temps à interroger des amis de Juliette qui avaient déjà été interrogés, mais dans le même temps.... Voulait-elle vraiment s'infliger cette rencontre, après tout ce temps ? En un mot comme en cent, Kiera hésitait et il allait bien falloir qu'elle passe par dessus cette barrière qu'elle dressait toute seule.

À peine reposé, Kiera vit son verre disparaitre dans le goulot d'Éléonor, proprement conclu d'un borborygme de contentement. La jeune femme ouvrit la bouche pour se plaindre et changea d'avis presque aussitôt. Ce qui était fait était fait. Elle soupira et héla un serveur pour commander une seconde tournée. Tant qu'à être dans un pub londonien, elle espérait quand même réussir à terminer au moins un verre.

- Elle est française, elle n'a aucune famille en Angleterre. Si elle cherche un lieu où se cacher, elle ne peut compter que sur ses amis. J'ai donc fait des recherches sur son cercle d'amis "proches", ainsi que d'éventuelles connaissances récurrentes. Pour les amis, je n'ai gardé aucun nom. Je les ai trouvé trop facilement pour que la MET ne les ait pas déjà interrogé. Ne reste qu'un seul nom, Wayne Cree. Juliette parle de lui sans vraiment le citer sur les réseaux sociaux. Il tient une librairie sur l'occulte, Pandora's Box, ici à Londres. Je ne sais pas si ça donnera quelque chose, mais ça reste un point de départ comme un autre.

Prévoyante, la journaliste avait déjà noté l'adresse de la librairie sur un papier qu'elle donna à Éléonor.

- Si la MET ne l'a pas encore fait, je pense tenter de prendre contact avec les parents français de Juliette. Peut-être leur a-t-elle parlé de personnes plus que d'autres et si elles ne sont pas déjà sur ma liste, nous pourrons aller les interroger.



MessageMar 6 Mar - 15:54

Éléonor
Miller

- Et ton « mentor » il n'a pas de fond lui non plus !? C'est bien beau de faire ça pour la beauté de l'esprit journalistique mais ce n'est pas ça qui va remplir ton compte en banque...ni le mien.

Il fallait bien que l'une d'elles garde les pieds sur terre, parce que vivre à Londres cela avait un coup, rien que celui des loyers était exorbitant. Éléonor ne pouvait et ne voulait pas compter sur sa famille pour l'aider au besoin. Elle avait fait un choix il y a des années à elle de l'assumer, que ses nuits soient hantées parce qu’elle avait vu et fait en Irak n'y changeait rien. Et puis ses parents étaient gentils mais leur trip écolo New Age, paix sur terre, l'Homme est bon par nature c'est la société qui le pervertit...non cela faisait bien longtemps qu'elle ni croyait plus, d’ailleurs y avait elle crut un jour ?

- Pff ok, j'ai accepté le job mais y ai intérêt que ça rapporte un minimum à la fin, et je tacherais de ne pas oublier de réclamer une facture...quand ce sera possible.

Attends hein des contacts à la MET ! L'information avait mis du temps à remonter jusqu'à son cerveau mais la brune avait bien senti comme une hésitation chez la journaliste.

- Quelques contacts ou un contact en particulier ? Un ex-boyfriend peut-être ? Désolé pas mes oignons mais, ça c'est vu sur ton visage qu'il y a un passif le dedans, fait attention quand tu parles aux gens la plus amicale des masques peut cacher la plus odieuse connasse ou connard.

Miss Thornthon demanda une autre tournée, puis s'attacha à livrer les infos qu'elle détenait sur la disparue. Mais déjà si elle était encore de ce monde pourquoi ne pas avoir trouvé refuge auprès de la police ? La détective hocha affirmativement la tête concernant l’élimination de la liste des amis proches, c'était là que la police avait dû chercher en premier. Elle avait donc un nom et une localisation, Wayne Cree le patron d'une librairie occulte, tout à faire le genre d'endroit qui plairait à ses vieux. Éléonor ne put s’empêcher de soupirer à ce moment.

- Ouais je vois le genre de boutique que cela peut-être, mes parents raffolent de ce genre de boui-boui. Bon cela devraient être facile d'obtenir des infos, enfin si ce Wayne Cree en a. Mais si tu l'as trouvé des chances que la MET aussi, enfin ça vaut le coup d'essayer. Il serait intéressant de fouiller le passé de Juliette et de sa famille. Tes contacts au MET te permettrait-il d'obtenir le rapport d'autopsie des victimes ? Un bon légiste c'est faire parler les morts à sa manière.

La deuxième tournée de bière arriva sur leur table, et Miller l'ignora superbement trop occupé à effectuer une recherche rapide sur son téléphone via le Wi-Fi du pub. Voilà elle venait de localiser l'emplacement de la librairie, elle s'attarda un moment à lire la page de la boutique en cherchant une éventuelle photo de Wayne Cree.
 

MessageJeu 8 Mar - 11:31

Kiera
Thornton

- J'ai appris dans la douleur que l'on ne devenait pas journaliste pour la paie, répondit-elle avec un sourire contrit. Quand à mon mentor, non, il n'a pas de fond, il ne faut pas trop compter sur lui si ça n'a aucun rapport avec le journalisme.

Pour un peu, Kiera aurait ri. Elle imaginait mal Wayland économiser son argent. Tout devait passer dans l'alcool dès le moment où l'argent atterrissait à la banque. Elle le considérait comme un excellent journaliste quand il avait toutes ses facultés, mais pas comme un homme sensé.

- Je citerai ton nom si la pub t'intéresse, tout comme je partagerai le chèque à la fin de l'enquête.

Kiera n'était pas le genre de personne à truander et tout service rendu méritait rémunération.

Son hésitation ne passa pas inaperçue, mais Kiera ne prit pas ombrage de la manière frontale qu'Éléonor eut de lancer le sujet de ses relations avec la MET. Ou un représentant de la MET, mieux valait être la plus vraie possible maintenant. Ce n'était pas un secret de Polichinelle et peut-être que le dire à voix haute, à une tierce personne neutre, l'aiderait à exorciser ce pan de sa vie avant la confrontation.

- Ce n'est pas un secret et tous les journalistes ont leurs sources, même au sein de la Police, professionnelle ou pas. Avec un peu de chance, je saurais le convaincre de partager ce qu'il sait avec nous, malgré tout. Je lui demanderais pour le rapport légiste.

La journaliste casa la demande d'Éléonor dans un coin de sa tête. Un rapport complet, c'était autre chose que des informations données de vives voix au détour d'une conversation. Comme l'on n'obtenait rien si on ne le demandait pas, Kiera tenterait sa chance, comme pour tout le reste.

- Si elle s'intéresse à l'occulte, peut-être fait-elle également partie d'un cercle d'habitués qu'elle ne mentionne pas. Ce qui fera autant de nouvelles personnes à interroger si nous arrivons à obtenir des noms et des adresses, et Wayne Cree est la personne la plus indiquée pour nous aider. Ah, et ne lui parle pas de "boui-boui" pour nommer sa librairie, ça pourrait le vexer et lui donner une bonne excuse pour ne pas répondre, ajouta-t-elle en riant doucement.

MessageJeu 8 Mar - 17:28

Heather
Joyce

- Excusez-moi !

La voix qui s'exprimait avec une intonation affable et hésitante, survint dans le dos des deux femmes. Lesquelles, bien trop concentrées dans leurs échanges verbaux, n'avaient pris conscience que leur conversation était audible par l'entourage à proximité de la table occupée. Heather fit quelques pas pour se déplacer. Venant ainsi se placer à un emplacement où, les clientes pouvaient discuter avec elle tout en leur évitant de devoir se retourner sur les sièges qu'elles occupaient. Le plateau sous le bras.

- Je ... je n'ai pas pu m’empêcher d'entendre votre conversation.

La serveuse était gênée et mal à l'aise. D'une nature plutôt timide, c'était la première fois qu'elle se permettait d’interrompre des clients durant un entretien, pour un sujet autre que les tâches qu'elle effectuait en ces lieux. Malaxant en tous sens dans ses mains, avec nervosité, le liteau qu'elle transportait pour essuyer les tables, Heather poussa un petit soupire à peine audible et se lança avant de faire perdre patience aux deux femmes.

- Juliette ... je ...

Heather ne la connaissait pas personnellement. Elle n'avait rejoins les effectifs du bar que récemment et n'avait croisé la jeune française que lors de quelques soirées au Full Moon. Elle corrigea donc sa phrase, après avoir marqué une légère hésitation.

- Enfin, on la connait bien ici.

MessageMar 13 Mar - 22:29

Éléonor
Miller

Éléonor tira une mine de 6 pieds de long quand elle entendit que le fameux mentor de la journaliste n'était pas solvable, puis elle grimaça carrément à cette histoire de publicité avant de retrouver le sourire au mot chèque.

- Houla, c'est gentil pour la pub mais je me contenterais de ma part du chèque, pas envie de voir débarquer à ma porte toute une ribambelle de curieux ou de journalistes.

Bingo, il y avait bien une histoire avec un membre de la MET, mais la brune ne voulait pas trop embarrasser Kiara, quoique maintenant cela ait attisé sa curiosité. Cependant pour le moment elle décida de ne pas creuser plus en avant. Miss Thornton enchaîna sur une supposition qui se tenait restait plus qu'a la vérifié. De toute façon rien ne servait de brûler les étapes, il fallait commencer par rencontrer ce Wayne Cree.

- Promis, je ne lui parlerais pas de boui-boui mais, même sans cela il reste possible qu'il refuse de parler ...

L'américaine allait continuer sa phrase quand une petite voix se fit entendre malgré l'ambiance du Pub. Éléonor se tourna d'un coup et ses yeux se posèrent sur une jeune serveuse. Cette dernière se déplaça pour leur éviter de chopper un torticolis et sa deuxième phrase fit disparaître le léger sourire de la brune. La jeune serveuse ne semblait pas à son aise, elle devait être timide ou alors elle jouait très bien la comédie. La détective l'observait scrupuleusement histoire de se rappeler son visage.

- Oh oh ! C'était donc une habituée. La police est déjà venue poser ses questions ou bien sommes-nous les premières à avoir ce privilège ?  

MessageJeu 15 Mar - 10:22

Kiera
Thornton

- Alors marché conclu pour le chèque de fin de mission.

Kiera se doutait un peu que la publicité n'était pas ce qui ferait le plus plaisir à sa comparse, mais c'était une possibilité et elle se devait de la proposer, par acquis de conscience. Elle était journaliste et même si c'était son travail de courir après les infos et d'être tenace, elle savait aussi que ça pouvait vite devenir une torture d'être la proie de tous les journalistes de Londres et des environs.

- Certes, mais autant le mettre dans les meilleures dispositions d'esprit. Généralement, la politesse et un minimum d'empathie suffisent pour attirer les bonnes grâces de n'importe qui.

Mieux, elles n'étaient pas de la police. Si le libraire savait quelque chose, il serait peut-être plus enclin à parler à quelqu'un de neutre plutôt qu'à un membre des forces de l'ordre.

L'ambiance générale du bar ne devait pas encore assez bien couvrir leur conversation. Une serveuse s'arrêta à leur table pour déposer les verres qu'elles avaient commandés et ne repartit pas à son travail immédiatement. Au contraire, elle resta plantée à leur table, attendant on ne savait trop quoi. Kiera se redressa quand elle fit mention de Juliette. Il avait toujours existé une probabilité d'obtenir des infos au Full Moon, probabilité divisée par le nombre hallucinant de bar à Londres, fréquenté ou non par une majorité d'étudiant. Et voila que la chance leur souriait en la présence de cette serveuse timide.

- Avez-vous le temps de nous parler de Juliette ? Vous pouvez vous asseoir si c'est le cas, ajouta Kiera à la pertinente question d'Éléonor, tout en désignant une chaise miraculeusement libre à côté d'elle.

Pour un peu, la journaliste aurait forcé les choses. Mais elle ne voulait pas effaroucher leur indic toute fraîche, elles avaient besoin de ses informations, en attendant de pouvoir déterminer si elles seraient réellement intéressantes.

Contenu sponsorisé
Message

Que la chasse à la disparue commence [Éléonor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Chasse rapide aux ballasts.
» La chasse au trésor de l'été
» La chasse à l'ours
» Ecole royale de chasse et diplômes afférants.
» Une chasse au sous-marin sur la frégate Latouche-Tréville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uchronie :: Si votre avenir était le passé ! :: Vingt-et-unième siècle - Londre :: Inner London-